4 Octobre 2020 - Lettre du 4 « N'ayons pas peur ! »

" N'ayons pas peur !"

Quel mystérieux visage que celui de Joseph Éngling !

Ce 4 octobre, quelques jours avant la fin d'une guerre qui a ensanglanté l'Europe à jamais, il s'enfonce dans la mort sur les terres de Cambrai. Aujourd'hui il poursuit sa germination, mais déjà que de fruits cueillis visibles et surtout invisibles ! « si le grain de blé... »

Ce héros de la paix peut être offert sans modération à une jeunesse assoiffée et affamée de vérité. Nous savons bien que la Vérité ne peut-être saisie. Par contre on peut s'en approcher avec amour car l'Amour, la Vérité, ne se laissent contempler qu'avec le cœur d'un enfant... Saint-Exupéry a écrit « ne lâche jamais la main de l'enfant que tu as été ». Joseph Éngling a découvert cette Vérité en gardant précieusement dans sa main la main d'une mère extraordinaire, la Mère Trois fois Admirable de Schoenstatt. Il n'avait ainsi plus peur de rien ... La mort ne fait-elle pas partie de la vie ? N'est-elle pas une Pâques ? La Sainte Vierge, Mère d'un Christ qui est Chemin Vérité et Vie, a reçu et accompagné le sacrifice volontaire de ce jeune homme de 20 ans dont on espère la béatification prochaine. D'ailleurs, ne doit-on pas urgemment aujourd'hui sortir de la peur ?

Le message si actuel de Joseph Éngling est pour chacun d'entre nous ! Embourbés dans une époque où la santé du corps est devenue bien plus précieuse que la santé de l'âme , le philosophe André Comte-Sponville, songeant aux générations futures et à ses petits-enfants, nous dit avec Montaigne : "ce dont j'ai le plus peur : c'est la peur!" Et bien, dans cette époque anxiogène où un" enfer pavé de bonnes intentions" est évident à celui qui ouvre les yeux, laissons-nous séduire par ces deux êtres qui se tiennent la main, une Mère et son enfant, Marie et le petit Joseph. Ils se dirigent vers une mystérieuse croix toujours lumineuse.. Le dernier "poilu" a quitté cette terre depuis quelques années, comme toutes les générations qui l'ont précédées. Seul finalement demeure l'Amour, sur la terre comme au Ciel (1Cor13) Concrètement, ne pourrions-nous pas dès ce 4 octobre, offrir à Dieu par « l'apôtre de la Paix » une neuvaine de prière avec comme intention que notre jeunesse retrouve le Chemin du Ciel ?

À vous, chers amis du sanctuaire de l'unité, de concevoir ces 9 jours à votre convenance...

Sachez que des projets de remise aux normes du bâtiment d'accueil verront le jour bientôt, et nous pourrons de nouveau vous accueillir avec joie sur les terres cambrésiennes !

 

Toujours en grande communion !

 

Père Jean-Marie Moura - Thun St Martin, le 04/10/2020

 

Article publié par Sanctuaire de l'Unité • Publié le Samedi 03 octobre 2020 • 251 visites

keyboard_arrow_up