4 Décembre 2021 - Lettre du 4 - "Comment en sommes-nous arrivés là ?"

Comment en sommes-nous arrivés là ?


Chers amis du sanctuaire de l'Unité,


Je retrouve régulièrement les lycéens à Cambrai dans un établissement catholique où je suis aumônier...
Mon Dieu, qu'ils sont loin du Christ et de l'Eglise pour la presque totalité de leur population ! Comment en
sommes-nous arrivés là ?


De plus, même dans leur « logiciel » de mémoire, ceux qui ont fait un peu de catéchisme n'ont pas gardé, ou
si peu, ne serait-ce que quelques phrases fortes de Celui qui a marqué si profondément l'Histoire de
l'Humanité. Ne compte-t-on pas d'ailleurs les années chez nous à partir de Sa naissance, d'un Noël qui
vient ? Combien de ces garçons et filles se pencheront, dans quelques jours, avec émerveillement, sur une
certaine mangeoire où se trouve emmailloté, pauvre et vulnérable, le Verbe Eternel du Père ?


Sommes-nous encore dans une culture judéo-chrétienne ? Peut-être, mais pour combien de temps ? Notre
politique a été enracinée dans le message du Christ pour la conduire à fonder nos lois du quotidien dans le
respect de l'être humain dans toutes ses dimensions, surtout spirituelles. Pourtant, l'athéisme s'applique
depuis plusieurs siècles avec une efficacité remarquable à éloigner les droits de l'homme de leur source, les
commandements de Dieu. Benoît XVI le disait avec tristesse : « un humanisme sans Dieu devient inhumain ».
Comment ces jeunes, sans le Christ, vont gérer demain la cité ?


Ce long préambule, tiré de mes conclusions si douloureuses devant une génération qui n'a plus d'Etoile à
suivre (je passe en ce moment dans les classes pour parler de Noël), pour en venir enfin à notre cher
sanctuaire de l'Unité.


Quelle joie d'être aux côtés de l'Evangélisatrice par excellence, la Sainte Mère de Dieu et des hommes, lui
tenir la main ! Il est urgent d'aller, avec Elle, chercher les brebis perdues que Dieu aime tant et qui souffrent
de son apparente absence. Non, Il est là, plus que jamais, mais attend de chacun de nous un nouvel élan
missionnaire pour aller en Son Nom à la rencontre de notre frère en humanité.


Certes, quand on a « goûté » à la présence du Ciel dans un sanctuaire de Schoenstatt, on y revient toujours...
Mais aujourd'hui, il serait affreux de rester sagement dans ce lieu béni dans l'espoir que l'on vienne nous
rejoindre : on pourrait attendre longtemps... Profitons de la grâce de Noël, de l'exemple de Jean-Baptiste ;
imaginons comment partir en mission, notamment par le sanctuaire de la Visitation, la Mère Pèlerine, en
offrant de belles cartes de notre MTA par exemple, pour faire comme les anges si heureux de dire aux
pauvres bergers dans cette nuit froide de Béthléem : « je vous annonce une grande joie : vous trouverez une
Mère et son Enfant dans un sanctuaire béni de Dieu! »


« Il nous faut reboiser l'âme humaine » disait Julos Beaucarne.
Avant qu'il ne soit trop tard....


Père Jean-Marie Moura - Thun St Martin, le 04/12/2021

Article publié par Sanctuaire de l'Unité • Publié le Samedi 04 décembre 2021 - 14h48 • 818 visites

keyboard_arrow_up