4 Août 2020 - Lettre du 4 « « L’EVEQUE DE CAMBRAI EST ALLE A SCHOENSTATT!» »

«L’EVEQUE DE CAMBRAI EST ALLE A SCHOENSTATT!»

Chers amis du sanctuaire, Mgr Vincent Dollmann souhaitait depuis des années se rendre sur le lieu même où, le 18 octobre 1914, unprêtre de 29 ans fondait un mouvement marial aujourd’hui répandu sur tous les continents. C’est fait depuisla mi-juillet! Ce petit lieu près de Coblence apparemment insignifiant (comme d’ailleurs Lourdes, Fatima...),mais déjà à l’époque baigné dans des promesses divines immensespour l’humanité, a été heureux d’accueillir l’archevêque de notre diocèse !

Le Père Joseph Kentenich, fondateur, avait enfanté spirituellement un fils digne de ces promesses: JosephEngling. Tombé comme un grain de blé sur les terres cambrésienne, en France, le 4 octobre 1918, cethomme de 20 ans, séminariste palottin, allait devenir le héros d’innombrables jeunes du monde entier au XXème et XXIème siècle.

Il y a longtemps que Mgr Dollmann, bien avant l’accueil de sa charge épiscopale à Cambrai un 15 août,était séduit par la vie de Joseph Engling. Né en Alsace sur des terres de réconciliations, entre l’Allemagne etla France, après tant de sang répandu inutilement et de blessures immenses, ce jeune évêque s’était intéressé à l’histoire de cet Apôtre de l’Unité et avait lu avec passion le livre de René Lejeune, secrétaire deRobert Schumann. Il n’imaginait pas qu’un jour de l’année 2018 l’Eglise l’enverrait en mission dans leterritoire de France où «une des plus belles étoiles de notre drapeau européen» (dixit Mgr Garnier) s’était offert, par les mains de la Vierge-Marie, «en sacrifice saint, capable de plaire à Dieu», pour la Paix (Rom 12).

Pourquoi ne pas, une nouvelle fois, nous laisser entendre l’écrit de Joseph à quelques semaines de la fin dela «der des der»? Tout est dit, dans cette volonté de ressembler de plus en plus au Christ dans sa passion...« Petite Mère bien-aimée, Mère Trois fois Admirable, je m’offre une nouvelle fois à toi, comme victime. Je tedédie toutes choses, ce que je suis et ce que j’ai, mon corps et mon âme avec toutes mes capacités, tous lesbiens que je possède, ma liberté, ma volonté. A toi, je veux appartenir tout entier, je suis à toi. Dispose demoi et de mes biens, totalement selon ton bon plaisir. Si cependant c’est conciliable avec tes projets, permets que je m’offre en victime pour la mission que tu as fixée à notre congrégation. Dans l’humilité, ton indigne serviteur. »

Le 15 août, l’être humain aura de nouveau la possibilité de contempler sa vocation première et dernière enfixant un regard ébloui sur cette créature immaculée, Mère de Dieu et Mère des hommes... Me permettez-vous de vous livrer encore quelques lignes du journal intime de Joseph Engling? «Oui, le monde a besoin d’apôtres, d’apôtres sans peur. Marie veut nous utiliser comme ses instruments.Suivons-là.» (26.06.18) «La Mère de la victoire, elle nous conduira, toi et moi, vers la victoire. Faisons luiconfiance. Son capital de grâces est inépuisable!» (21.01.18) «Sois la Reine de mon cœur!» (01.05.16)En ce mois de la fête de l’Assomption et du couronnement de Marie, comment imiter au mieux cette attitude filiale? Décorer l’image de la Vierge? Passer plus de temps avec elle? L’étudier? Parler d’elle?...

Père Jean-Marie Moura - Thun St Martin, le 04/08/2020

Article publié par Sanctuaire de l'Unité • Publié le Mardi 04 août 2020 • 549 visites

keyboard_arrow_up